JULIANA KICINOVA DÉCLINE LES COVERS AU FÉMININ

Les rappeurs accordent un soin tout particulier à l’esthétique de leurs covers. Des photographes tels que Koria et Fifou redoublent d’ingéniosité pour livrer des visuels toujours plus originaux. Toutefois, dans la mesure où les rappeuses sont moins nombreuses dans le rap game, les portraits mis en valeur sur ces pochettes sont presque exclusivement masculins. Afin de rétablir une forme d’équité, l’artiste Juliana Kicinova reprend ces images en remplaçant les interprètes par des visages de femmes.

Un travail d’orfèvre

Dans la bio Instagram de la graphiste nommée @julianakicin_, nous pouvons lire : Illustratice spécialisée dans le détournement de testostérones. Parmi ces différents posts Instagram, on reconnaît notamment les pochettes de Commando, Dans la légende, 1994, Flip, Masque Blanc, Pure, Paradise. Au lieu de reproduire les profils de Niska, PNL Hamza Lomepal, S.Pri Noir ou Maes, Juliana esquisse des visages féminins. Si le rendu donne l’impression d’une peinture, le travail est en fait intégralement réalisé numériquement. Un prouesse artistique et féministe qui se décline également en fonds d’écran. En effet, elle propose ses oeuvres sous forme de wallpapers, téléchargeable gratuitement. Pourquoi s’en priver ?

View this post on Instagram

🌊 @hamzasaucegod

A post shared by Juliana Kičinova (@julianakicin_) on

https://www.instagram.com/p/BcUqdSShues/?utm_source=ig_embed

 

La cover de « Dans la légende » racontée par Fifou

Tout amateur de rap se doit de savoir identifier une cover culte… La pochette futuriste de l’album de PNL, Dans la légende, n’échappe pas à la règle. Une cover réalisée par Fifou, sans même avoir rencontré les deux frères, comme il l’avait confié à Booska-P : « Je les ai mitraillés de concepts qui n’avaient rien à voir avec la pochette finale. Ils ont toujours été très clairs en me disant qu’ils avaient beaucoup de propositions en parallèle et qu’ils garderaient la meilleure. Ils n’ont pas d’idées précises, mais savent ce qu’ils ne veulent pas. Ils se concertent beaucoup et marchent au feeling. Il n’y a pas de demande précise. Il faut cerner leur univers. »

mchaine

Mchaine, Au coeur de l'actualité musicale et culturelle africaine

Vous aimeriez aussi..

0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *